PAP’s

Pap’s & Pap’s

Ouais, la photo ça me permet de m’évader, c’est à dire le matin je me lève, huit heures, je sors mes chiens, je les remonte, je prends mon vélo, je suis dans Paris et je fais des photos toute la journée jusqu’à dix heures, minuit, une heure du mat’…voilà je suis free quoi… Je suis en plein kiff, je suis sur mon vélo, j’ai mon appareil photo autour du cou, je ne suis jamais sans mon appareil, donc ça c’est mon kiff premier…c’est mon truc quoi…c’est à dire même pour aller chercher du pain j’ai mon appareil autour du cou…donc c’est… je suis dans mon élément…voilà, je peux être moi…normal quoi…pas de masque, pas de … Voilà après je me prétends pas photographe, j’ai l’appareil au cas où je vois une scène de vie qui m’intéresse et qui…voilà, je vais pas sortir, voir un truc “merde j’ai pas mon appareil putain”, j’m'en voudrais tout le temps. Ca m’est arrivé une fois mais pas deux. Donc là, toujours avec moi on ne sait jamais. Je retranscris tout ce que je vois, voilà, c’est tout.

Pap’s & les autres

Une personne, une personne …ouais, mon amie m’a fait du bien, parce qu’elle a cru en moi, elle m’a poussé à faire de la photo…elle m’a toujours poussé, tiré vers le haut. Elle a eu plus confiance en moi que moi j’ai eu confiance en moi. Et elle m’a donné vraiment envie de..”aller j’me lève, aller j’vais faire tant, aller t’es capable de faire plus…”. Comme une anecdote toute pourrie : avant de la rencontrer j’étais télévendeur, un boulot de base on va dire, bon, ce qui est normal un peu, j’étais au SMIC on va dire, bon, 1000 euros par mois.. et elle, elle me disait “ouais, tu peux gagner plus, cherche un boulot qui te rémunère plus”, et moi je lui disais “non c’est pas possible, c’est impossible, laisse tomber, télévendeur c’est bien, 80% des français sont au SMIC,.. machin..” elle me dit “nan mais tu rêves, regardes tes capacités, tu peux gagner plus”, et j’écoutais d’une oreille, ça ressortait par l’autre et entre le temps le soir elle me préparait un cv en béton, elle l’envoyait dans des trucs, des boîtes d’Intérim et des sociétés…une fois j’ai eu un appel, pour un truc d’intérim pour une assurance, j’y ai été, bon je me suis présenté, j’ai fait un petit test là-bas sur place..donc moi à la base au
téléphone je suis bon donc je suis bon commercial machin mais j’ai pas confiance en moi mais elle, elle m’a poussé dans le truc donc j’ai été, j’ai fait un test…en une semaine j’étais le meilleur …en un mois j’étais le meilleur vendeur et du coup j’avais des salaires pendant deux ans à 4000 euros par exemple, un truc que j’aurais jamais cru de ma vie ce serait possible, mais jamais vraiment hein..et c’est cette personne là qui m’a vraiment…cette personne là je la remercierai jamais assez…voilà, donc c’est vraiment une personne qui m’a fait du bien…voilà, elle a cru en moi plus que moi je croyais en moi. Voilà.

Pap’s & le monde

Moi comment j’essaie de faire du bien au monde?…y’avait…comme j’ai pas mal de citations le soir sur mon ordi, sur Event, machin, j’tape des mots clés…y’a une citation que j’aime bien, c’est de Mère Thérésa je pense, si ma mémoire flanche pas…c’est, elle dit: “Ne laisse personne venir à toi et repartir…..moins heureux”..ou heu…comment…”ne laisse personne venir à toi et repartir moins heureux”, oui c’est ça, genre : les personnes qui viennet à toi faut qu’elles repartent toujours plus heureuses qu’elles étaient au départ quoi. Voilà c’est…cette phrase-là, quand je l’ai lue, elle m’a fait tilt direct, et là, dès le lendemain, c’est des trucs qui ont commencé à changer petit à petit…avant j’étais plus centré sur moi et là c’est plus…heu…je préfère, limite, faire plaisir aux autres, et le fait de les voir heureux, moi ça me rend heureux, mais avant non..moi je pensais à ma gueule: moi, moi, moi, moi… Alors que là, un peu moins…Plus le temps passe, c’est un peu moins…C’est bien de penser à sa gueule, dans la vie, si tu penses pas à toi personne ne le fera à ta place, mais bon, dans l’idée, moi, j’ai tellement pensé à moi que…ppfff…voilà maintenant, j’ai un toit sur la tête, j’peux manger, mon fils il mange, j’essaie de le nourrir proprement sans faire des conneries… Voilà, si je peux faire, aider quelqu’un sans me mettre moi la corde au cou, pourquoi pas, voilà…j’aimerais bien que quelqu’un vienne vers moi et me fasse la même chose que moi j’ai fait à une autre personne…après voilà, bon la vie, la vie elle est pas à sens unique…c’est, tu donnes, tu donnes, on te donne…voilà c’est comme ça.

Ecrire un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

3 begood questions

Comment vous faites-vous du bien ? Qui vous a fait du bien ? Comment faites-vous du bien au monde ?
3 questions pour s'interroger sur sa relation avec soi, avec les autres, et avec le monde.

Tous les Portraits

Participer

Pour rejoindre un atelier, ajouter une définition à la pop wisdom ou répondre aux 3 begood questions, faites-nous part de vos envies ou envoyez directement vos fichiers photo, texte, audio ou vidéo à
contact@begoodproject.org